Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Aller en bas

Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Mr.Feelgood le Mer 13 Sep - 13:35

Mercredi 13 septembre, 22h36,
Miami, Floride, Etats-Unis.

-Tu t'en tireras pas comme ça sac à merde! Je te jure que tu le paieras!!

Assit sur une chaise, le visage en sang, un homme en chemise blanche, tachée d’hémoglobine, maudissait la silhouette qui lui tournait le dos, visiblement occupée à trafiquer quelque chose sur une table.

-C'est ça fait semblant de pas m'entendre! Sale rat! T'es pas le premier masqué à venir t'en prendre à nous tu sais! Tu te crois fort j'imagine hein? C'est quoi toi ton p'tit délire? Tu joues la carte de l'originalité hein? "tout mes copains prennent des masques d'animaux donc moi je serais différent" hein c'est ça que tu te dis?

La silhouette cessa une seconde de travailler pour ne tourner que légèrement la tête dans la direction de l'homme en veste blanche. Depuis cet angle, celui-ci avait l'impression que le masque de théâtre le fixait du coin de l’œil.

-Monsieur Ramirov, je ne vois pas de qui vous voulez parler, je travail seul, maintenant si vous voulez bien m'accorder encore quelques secondes j'ai bientôt fini...

Celui que le masqué venait d'appeler "Monsieur Ramirov" n'était autre qu'une grosse tête de la mafia Russe de Miami. Quelqu'un qui a le bras long comme on dit dans le métier, mais qui a aussi beaucoup d'ennemis, d'ennemis mortels, et l'un d'eux avait souhaité voir disparaître le mafieux, il avait donc fait appel au meilleur de sa catégorie pour ce travail...

 Sortant de l'ombre, la silhouette masquée fit finalement face à sa victime, c'était bien lui. Un grand homme, en costume noir, une corde de pendu autour du coup et ce masque, ce masque rieur et souriant, qui contrastait tant avec son porteur, il était là juste devant lui, l'arme à la main : Mr.Feelgood.

-Ouais c'est ça, butte moi connard! Vas-y fais toi plaisir! Qu'est-ce que tu crois hein? Si je meurs un autre prendra ma place, t'es pas prêt de nous faire quitter Miami de si tôt salopard va! Cracha le mafieux meurtri.

-Je vous rassure monsieur Ramirov que mon intention n'a jamais été de m'en prendre à votre organisation, c'est pour vous que je suis là ce soir.

-C... Comment ça?

-Pardonnez moi de répondre à une question par une autre monsieur Ramirov mais, pourquoi êtes-vous soudainement nerveux? Il y a quelques secondes vous sembliez pas vraiment concerné par votre décès. Est-ce le fais que je sois là spécifiquement pour vous qui vous surprend?... Ou alors le fait que vous ne parvenez pas à briser vos liens? A moins que ça ne soit ces petites démangeaisons aux poignets?

Le regard du mafieux changea du tout au tout, comme si son monde s'effondrait d'un seul coup.

-C'est fou ce qu'on peut faire avec une paire de menottes, de l'eau bénite et de bons contacts. L'avantage avec les vampires ce sont les petits détails, c'est ce qui rend l'enquête plus simple. Lorsque vous faites monter des prostitués dans votre chambre, laissez les au moins sortir une fois par semaine, ça serait plus crédible. Mais non, sans penser aux conséquences vous vous êtes goinfré.

-Je peux t'offrir bien plus que tu ne peux l'imaginer. Je peux réaliser tes rêves les plus fous. Dit le russe, devenu soudainement très sérieux.

Mr.Feelgood se pencha au dessus de lui, le ton sympathique.

-C'est très aimable à vous monsieur Ramirov mais je crains que mon souhait le plus cher soit hors de votre portée.

Retournant à la table où il travaillait, le chasseur de prime se saisit de l'objet qu'il avait taillé tout à l'heure alors que le russe l'insultait. Un pieu de bois, arraché d'un pied de chaise et soigneusement taillé au couteau.

-Tu ne te rends pas compte de ce que tu fais, réfléchis merde! Même dans la panique son accent d'Europe de l'Est était très marqué.

-Calmez-vous monsieur Ramirov, nul besoin d'avoir peur de quoique ce soit, ce soir vous êtes libre.

-Arrêtes! Éloignes ce truc de moi!!

-N'ayez craintes monsieur Ramirov, après tout, Смерть мягка.

D'un coup sec et sans sommation, Mr.Feelgood enfonça le pieu au fond de la poitrine du russe qui se mit à hurler tandis que son visage se déformait pour reprendre ses vrais traits de créature nocturne. Finalement, dans une hurlement malsain, il tomba en poussière sur sa chaise maintenant vide.

Voilà, le travail était terminé, il ne lui restait plus qu'a nettoyer la salle de façon à ne laisser aucune preuve de son passage, puis à rentrer, enfin, à condition que personne ne vienne se mêler de ce qui ne le regarde pas...
avatar
Mr.Feelgood

Messages : 18
Date d'inscription : 25/06/2017

Évolution
Niveau globale: 5
Expérience:
5/60  (5/60)
Point de vie:
8/8  (8/8)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Ashton Skylar le Ven 15 Sep - 18:46

Enquête au sein de Miami

Miami, Amérique du Nord, États-Unis. Le quartier général de l’organisation secrète "Global Protection Of Humanity" plus communément appelé G.P.O.H., est tout proche. Cette proximité avec un lieu si important rend l’accès très difficile aux créatures de la nuit. Le moindre mouvement suspect est immédiatement rapporté à l’organisation. Pire encore, c’est que, cette organisation secrète, n’hésite pas à exterminer ses propres hommes s’il y a le moindre doute sur eux. Il ne faut donc pas faire le moindre faux pas où vous serez abattus. Peut importe vos origines.

Le mot d’ordre de cette organisation est le secret. Ils agissent dans l’ombre, peut être tout autant, voir plus furtif que les créatures de la nuit elle-même. Parfois, ce sont des rumeurs parmi les rumeurs. Une maraudeuse s’étend néanmoins bien trop dans les territoires d’un richissime homme d’affaire russe. A la tête d’une industrie tout à fait ordinaire en extérieur, agents de bourse, avocats et tout autres collaborateurs. Tout ceci semble parfaitement correct, si ce n’est l’affreuse odeur qui s’émane de chacun de ses hauts piliers. Dans l’ombre, il s’agit d’une compagnie du crime organisé. Vendant des armes, faisant passer de la drogue par des frontières, usant de leur influence pour corrompre certains hommes politiques. Bien des choses immorales en somme.

Il y a peu, un éclatement a eut lieu dans les bas quartiers. Une manifestation qui a tourné au drame. Partant sur de bons principes, critiquant le gouvernement actuel, des casseurs avaient fait violence envers forces de l’ordre, échoppes et autres manifestants. Le but, était de décrédibiliser le mouvement en marche à la vue de la plus grande généralité, les observateurs des médias et autres formules d’informations publiques. Après une légère enquête, notre maraudeuse est remontée auprès de deux personnages bien différents. L’un d’eux fut acheter pour causer des dégâts lors de la manifestation, il avait reçus cela d’homme mystérieux cachant leur identité. Il n’en sait pas plus, hormis que la seconde partie de l’argent n’était pas encore arrivé, et qu’il allait avoir des problèmes bien plus gros avec la police.

Je ne peux vous dire qu’une chose de plus, cet homme fut bien enfermée derrière les barreaux, mais sera très certainement libéré pour servir d’indicateur après avoir été brodé. La seconde personne que rencontra notre maraudeuse, était une mère de famille, elle avait deux enfants, elle approchait de la quarantaine. Cette femme avait été aperçus non loin d’un règlement de compte ayant mal tourné. Après quelques recherches auprès des habitants du coin, la géante aux yeux saphirs, remonta jusqu’à cette femme. Elle lui posa divers question sur la nature du règlement de compte, ce qu’elle a vu, ce qu’il s’y est déroulé, etc.

La femme légèrement perplexe, demanda tout d’abord son identité à la demoiselle légèrement plus jeune qu’elle. Elle n’eut que son prénom, Hera. Hera, lui expliqua qu’elle enquêtait seul sur une affaire oubliée depuis plusieurs années, son frère, disparut suite à l’apparition du même type de personne présente lors du règlement de compte. Elle voulait savoir plus de détails sur celui-ci afin de remonter au possible kidnappeur. La mère hocha discrètement la tête, devenant légèrement plus sombre dans ses paroles, légèrement troublé par un sentiment d’incompréhension. Elle divaguait, parler d’un homme si gentil, qu’elle connaissait très bien. Elle rendait visite à cet homme une fois par semaine, Monsieur Travis Anderson, il s’agit d’un ami de longue date, aujourd’hui il aide notre jeune femme avec de légers problèmes d’argents, elle réalise donc divers corvée pour le remercier.

Ce monsieur Travis, donc, fut enfermé dans un hôpital psychiatrique quelques jours après sa rencontre avec cet homme mystérieux dans la rue, plus exactement, le lendemain de la manifestation. Il criait qu’il avait vu quelque chose de monstrueux, une créature digne des films d’horreurs. Il fut traité de fou et enfermé à double tour, habillé d’une camisole. Hera demanda donc quelques détails sur la rencontre de Travis Anderson avec cet homme mystérieux. Est-ce que la femme s’en souvenait avec plus de détails ? Non, celle-ci avait tout oublié, ayant eut un moment d’absence, se réveillant comme d’un mauvais rêve, quelques instants ensuite. Aucun souvenir supplémentaire.

La géante remercia son interlocutrice pour toutes ses réponses, et s’excusa pour le dérangement. Sortant par la porte d’entrée avec le haut de la porte directement arriver au niveau de son front. Elle n’arriverait donc jamais à penser à baisser la tête en sortant des maisons. Que voulait-elle faire ? Avait-elle assez d’indice ? Non, pas encore, elle devait rencontre ce monsieur Anderson, mais comment rejoindre un hôpital psychiatrique et avoir rendez-vous avec un patient ? Il n’y a aucun moyen, hormis être un membre de la famille.

Après plusieurs jours, elle parvint à se procurer de faux papiers d’identités. Au nom d’Hera Anderson. Grâce à ceci, elle put rencontrer celui dont elle était à la recherche. Travis Anderson, un homme inquiet, pourtant si simple. Après avoir longuement discuté avec lui, deux bonnes heures, elle en avait apprit un peu plus sur ce personnage et sa rencontre avec l’homme mystérieux. Tout d’abord stressé, complètement différent ce que lui avait décrit la demoiselle précédente, cet homme avait peur de cet endroit, de l’infrastructure même, de sa raison d’être. Après tout, c’est la société qui considère si un homme et fou ou non, et non l’inverse.

Il n’était point fou, ce qu’il avait vu, il jurait l’avoir déjà entendu quelque part. Des créatures de la nuit, ce genre de chose que l’on ne peut se vanter de rencontrer lorsque l’on sait de quoi il s’agit. Seuls les enfants ou les petits malins s’amusent à se vanter de tel mérite. Monsieur Travis, raconta donc à Hera -se faisant passer pour un membre de sa famille- son histoire. Il y a plusieurs années, un homme était venu voir Travis pour lui demander un service, récompensé bien sûr, d’une somme d’argent. Travis devait amener un camion de l’autre côté de la ville, sans jamais regarder ce qu’était la cargaison. Acceptant le travail, il a accepté sans rechigner, de l’argent presque gratuit comme il l’a dit. C’était une très grosse somme selon ce qu’il semblait en dire.

Puis après, plusieurs fois il rencontra cet homme, lui demandant un service, très bien payé, encore et encore. Jusqu’il y a deux semaines, la marchandise qu’il devait livrer attira sa curiosité pour une bonne raison. Il y avait une fissure sur l’un des cartons. Envenimé par la curiosité, il passa légèrement ses doigts à l’intérieur, craquant un peu plus cette fissure. Le choc, il remarqua que ce qu’il déplacer n’était autre que de la marchandise illégale, des armes et des munitions entre autre. Alors, lorsque l’homme mystérieux lui proposa ce nouveau travail, il refusa, ne voulant plus être dans ces affaires là, sans pour autant mentionner le fait qu’il est vu ce qu’il y avait dans les cartons. C’est alors que l’homme révéla son identité.

Selon Travis Anderson, cette personne monstrueuse, avait en général, un léger accent d’Europe de l’Est, vraiment atypique. Il n’y avait désormais plus de doute, les malfrats venaient d’être dévoiler au grand publique. Ou du moins, dévoiler des lèvres d’un décérébré mentaux à une femme dont le charisme brutale ferait peur à n’importe qui. Elle remercia l’homme qui fut obliger de retourner dans sa chambre, ou plutôt cellule, voir cage.

Et nous y voilà, trois jours après ses recherches, à l’intérieur du bâtiment industriel d’un certain Ramirov, l’une des têtes de l’organisation criminelle la plus importante de Miami et des Amériques en générales. Enfin, c’est sans compter les organisations bien plus secrètes, comme celle dénommé : Le marché noir. Un terrible lieu dont l’on ne revient jamais sans une mentalité rabaissé au niveau de ce que l’on pourrait nommer, la folie. Personne ne sait de quoi il s’agit vraiment, leurs intentions, leurs membres, encore plus mystérieux que ces rumeurs, les rumeurs parmi les rumeurs, vous vous souvenez ? Mais la question n’est pas là. Non, la question actuellement est plus tourné vers cet homme, venant d’abattre sans vergogne, l’un des plus grands criminels de la nation, qui était aussi, l’une des créatures de ce monde par-delà le crépuscule.

La nuit trône sur notre ciel, ce monde qui s’ouvre à nous n’est plus le même. Hera, porte sur elle ses armes d’assauts, son Karabiner 98K chargé, sa trousse de premier secours dans son sac, des chargeurs pour son Desert Eagle caché dans ses vêtements, et ce fusil très connu à sa ceinture. En face de sa ligne de mire, se tenait un homme masqué, une étrange carrure qui est familière à celle des autres maraudeurs. Conservant son fusil en joue sur cet étrange personnage, elle éleva sa voix, alors que le calme venait de retomber avec les derniers cris d’agonis d’un vampire trop orgueilleux.

« Qui êtes vous ? »
avatar
Ashton Skylar

Messages : 14
Date d'inscription : 03/06/2017

Évolution
Niveau globale: 4
Expérience:
30/50  (30/50)
Point de vie:
7/7  (7/7)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Phantasmagoria le Ven 15 Sep - 19:41

AMEEERICAAA, FUCK-OFF !!! I HATE THIS PLACE JUST LIKE MOTHERFUCKING ASIA !!!

Nan sérieusement faut arrêter d'aller dans des endroits comme ça les gens, non seulement c'est moche à souhait, mais en plus les habitants du coin sont horribles, et... Ils sont tous américains. Je déteste les américains, je déteste l'Amérique, après la Chine, je détruirait cet endroit là. Mais ! Ca c'est un projet pour plus tard ! Aujourd'hui je me trouve ici pour voir un "ami". Enfin... Il ne me connait pas encore, mais je suis persuadée que nous allons très bien nous entendre ! J'ai passé quelques moments à faire des recherches sur lui, et de dieu qu'il était dur à trouver : Mister Feelgood ! Nan, je vous promet que ce n'est pas un acteur pornographique qui porte ce nom, enfin... Qui sait ? Peut-être qu'il y a un autre Mr.Feelgood dans le monde ?



Bah, bref, je suis là pour le tueur, et je partirais pas sans l'avoir rencontré. Enfin... Je suis pas vraiment là... Mais je suis là quand même. Vous comprendrez de quoi je parle après. Je me suis donnée beaucoup de mal pour obtenir ce document comportant les faits et gestes d'il y a quelques temps de mon futur ami le tueur qui s'éclipse pendant les coupures de courant. Kshéhé...! La rencontre avec mon futur ami se faisait de plus en plus proche ! Dans une minute, voire deux, nous allions pouvoir parler, mais pour le moment je vais simplement assister à ce merveilleux spectacle depuis un coin sombre de la pièce, avec la partie supérieur de ma tête dépassant seulement du sol.

Regardez ce type attaché à sa chaise... Kah... Qu'il a l'air pathétique ! N'est-ce pas magnifique de voir une proie aussi vulnérable que celle-ci ? N'a-t-il pas honte de se retrouver dans une telle posture ? Comment se sentait-il ? Perturbé ? Oppressé ? Avait-il peur ? Était-il confiant ? Moi, je veux le voir avoir peur, et avoir mal... Je veux voir ses derniers souffles... Les derniers souffles son bien meilleurs quand ils viennent de gens ayant encore tant de temps à vivre...! Oh ça oui ! Priver une personne de sa vie... C'est JOUISSIF !! Mr.Feelgood semble faire son travail d'une manière très propre pour le moment, quelle finesse~! Quelle magnifique pieu en bois ! Si long... Si pointu ! Qu'il en a de la chance ce type ! Je sais pas c'est qui, vu son accent il doit être russe, il devrait remercier notre ami masqué pour une telle attention !


Ramirov : Je peux t'offrir bien plus que tu ne peux l'imaginer. Je peux réaliser tes rêves les plus fous.

Hein ? PARDON ?? Alors moi je veux-! Heuuuuu-La fin du monde, l'apocalypse, de la souffrance gratuite pour tous, et mon trône sur un tas de cadavres sans oublier une neige de cendres de milliards de milliards de vies ! Est-ce que ce monsieur en costard blanc peut exhausser ce rêve ? HEIN ? Est-ce qu'il peut ? NON ! IL NE PEUT PAS CET ABRUTI !! AH AH AH !!! Il existe des gens forts et des gens faibles, des gens qui tuent et des gens qui se font tuer, moi je fais pas partie de ceux qui tuent, ni de ceux qui se font tuer, je suis bien au delà de ça ! Et c'est ce pourquoi moi seule peut accomplir mon rêve adoré de destruction totale ! Hum-hum ! Désolée désolée, je vous gâche le spectacle reprenons.

Hm... Oh ? Un refus de la part de Monsieur ? Pourquoi ne pas se laisser tenter ? Il dit qu'il pourrait exhausser ses rêves les plus fous ! A-t-il comprit que c'était un mensonge ? Oui, bien entendu, Monsieur n'est pas stupide, loin de là, même si je ne vous cache pas que j'adorerais connaître quel rêve se repose dans l'esprit de notre ami ? Est-ce... Le même que le mien ? Oh, si seulement il était aussi taré que moi...! J'adorerais avoir un camarade de destruction ! Oh wait, je suis là pour ça !


Mr.Feelgood : Calmez-vous monsieur Ramirov, nul besoin d'avoir peur de quoique ce soit, ce soir vous êtes libre.

Oh...! Oh oui~!

Ramirov : Arrêtes! Éloignes ce truc de moi!!

OH~! OOOOOOOH bordel de merde c'est bon ! Mattez moi ça~! Jamais j'aurais pu imaginer un pieu pénétrer un corps d'une telle manière~! Si propre~! Si pointu, si large, si long~! Si seulement je pouvais voir un peu plus de ça tout les jours... Mon doux rêve d'agonie pour le monde entier~... Regardez le russe tomber en poussière~... Ce n'était pas un humain, hein~? Dommage, j'aurais aimé voir un cadavre plutôt qu'un tas de cendres~... Bon, le spectacle est fini ? Mr.Feelgood est désormais libre ce soir ? Je peux venir à sa rencontre ? J'en ai marre d'attendre dans le fond de la pièce...! Ah, bordel de merde, quelqu'un arrive !

Arès : Qui êtes vous ?

Ah, une grande dame arrive, et arme braquée sur Monsieur ! Ouais, mais nan en fait, ce serait cool si elle pouvait éviter de le tuer, j'ai besoin de lui ! Mais attendez... Je la reconnais dans l'obscurité de la pièce...! Mais.. Oui ! Bien sûr que je la connais ! Arès ! Ça faisait longtemps, non ? Pas assez, effectivement ! ... Ah ouais mais elle ne pourra jamais me reconnaître, je ne suis pas l'Invocatrice après tout, sans ce corps, ah ah...! Ah ah ah !





Aller, j'ai suffisamment attendu, il est temps de sortir du sol afin de me présenter à mes amis de la nuit ! Ma tête sort entièrement de la pierre, suivie de mon cou, puis de mes épaules, de tout le reste du haut de mon corps accompagné de tout le bas, lentement, de manière très... "Phantom'atic". Monsieur et Madame devraient avoir remarqué ma présence, cette lueur rouge qui émanait de mon être... Quelle couleur sanglante~! Seul un aveugle ne pourrait la voir ! Mais tout le monde peut sentir ma présence quand je me montre, mon envie extrême de tous vous écraser, de tous vous faire souffrir, vous la sentez ! Hein ?!

Je flotte légèrement au dessus du sol, je ne me déplace pas, je reste dans les airs, je regarde simplement Arès et Feelgood pour le moment. Un large sourire se dessinait alors sur ma bouche après un court instant, puis mon rire fit écho dans la pièce.


Phantasmagoria : Ah... Ah ah ah ! Pourquoi te trimbaler avec une arme si tu ne tires pas avec ?! Dégage donc de là, grognasse... J'ai à parler avec le masqué, et ta présence me gêne ! Je n'ai pas besoin de toi, pour le moment.
avatar
Phantasmagoria

Messages : 27
Date d'inscription : 24/04/2017
Localisation : Tu veux vraiment savoir ? ☞ ☞ ☞

Évolution
Niveau globale: 5 (8 monde miroir)
Expérience:
30/60  (30/60)
Point de vie:
8/8  (8/8)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Mr.Feelgood le Sam 16 Sep - 2:13

Alors que Mr.Feelgood balayait les quelques traces qu'avait laissé son passage, il eût la lourde et désagréable sensation qu'on le fixait. 

« Qui êtes vous ? »

Cette voix féminine était bien trop stricte, bien trop droite pour appartenir à une simple civile un peu trop curieuse, non, Mr.Feelgood ne le voyait pas encore, mais il était facile de comprendre que quelque chose le menaçait, maintenant la question était "quelle est la menace?" Peut-être était-ce une entité surnaturelle? Ou alors un membre des organisations, voir une militaire.

 Donc il pouvait y avoir trois figures de cas, dans un cas, le chasseur de prime était menacé par une capacité, un pouvoir, dans le second par une arme, dans le troisième, une arme ET une capacité. En bref, au moindre faux pas, il y passerait sans le moindre doute. Un geste brusque, c'est tout ce qu'il fallait à l'inconnue pour abattre Mr.Feelgood, tout son système nerveux hurlait, forçait pour faire ce fameux geste, pour se jeter à mains nues sur cette menace.

 Il n'aurait pas la moindre chance et mourrait sans attendre, mais non, comme à son habitude, la mort lui refusait ce doux baiser, cette danse qu'il réclamait depuis si longtemps, c'était ça sa malédiction, il ne pouvait être volontaire de sa propre mort, qu'importe les moyens engagés. C'est donc doucement, lentement, qu'il se retourna pour répondre à son interlocutrice, car oui, un peu de tenue, quand on répond à quelqu'un on le regarde, question d'éducation.

 La personne qui lui faisait face était assez... Atypique. Premièrement de par sa carrure, puis de par sa tenue. Première information confirmée : elle le braquait avec un fusil, restait à savoir si elle avait une capacité supplémentaire. 

-Le concierge, les locataires se sont plaints d'un problème de chauve-souris alors je m'en suis occupé. A qui ai-je l'honneur?

Evidemment, ne sachant pas à qui il avait affaire, il ne pouvait dévoiler son identité au premier venu. Bien que cette étrange tenue militaire laissait naître en lui une idée de l'affiliation de son interlocutrice. En revanche, il était en admiration devant le fusil, et surtout de la façon dont il semblait entretenu, Mr.Feelgood ne connaissait rien de cette personne, mais il pouvait la respecter pour ça.

Avant que la grande militaire ne puisse répondre, un détail attira l'attention du chasseur, une nouvelle menace? Une sorte de spectre sortait du sol, par réflexe Mr.Feelgood se sait de son pistolet "Happy" et braqua l'apparition, un geste peut-être stupide à première vue mais pas dénué de sens, premièrement, si la grande dame n'avait pas remarqué l'apparition, elle ferait peut-être feu sur le masqué, mais surtout, qui a dit que tout les spectres étaient immunisés aux balles?

 Aux balles normales peut-être, mais le chasseur utilise-t-il vraiment des balles "normales"? Une question pour plus tard, en attendant, il y avait cette étrange apparition qui pour l'instant ne semblait pas agressive, enfin, pas agressive au sens physique.

Phantasmagoria : Ah... Ah ah ah ! Pourquoi te trimbaler avec une arme si tu ne tires pas avec ?! Dégage donc de là, grognasse... J'ai à parler avec le masqué, et ta présence me gêne ! Je n'ai pas besoin de toi, pour le moment.

L'apparition voulait parler à Mr.Feelgood? Bien, il y avait donc deux figures de cas, soit c'était un règlement de compte, soit c'était pour du travail. Maintenant son pistolet braqué vers le spectre, il lui répondit malgré tout.

-Habituellement les gens prennent rendez-vous, c'est pour quoi exactement? Et je vous en pris soyez correct enfin, elle ne vous a rien fait cette dame.
avatar
Mr.Feelgood

Messages : 18
Date d'inscription : 25/06/2017

Évolution
Niveau globale: 5
Expérience:
5/60  (5/60)
Point de vie:
8/8  (8/8)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Hermann Heisberg le Sam 16 Sep - 20:57



Je suis dans un bar de Miami, l’une de mes villes préférées. Bérénice m’a accompagnée après avoir insisté pendant des heures. Nous sommes donc tous les deux, sauf que moi j’ai trop bu. J’ai plus d’un gramme d’alcool dans le sang, et je ne tiens pas l’alcool en plus. Je parle fort, paye des tournées, bois encore et encore. Elle reste avec moi, même si je dois lui faire terriblement honte. Personne ne m’a reconnu de toute façon, c’est juste un bar miteux. Par contre quelqu’un a tenté de toucher Bérénice et je pense qu’à cause de mes vodkas et whiskey j’ai un peu abusé. Un direct du droit suivi d’une ou deux prises de soumission pour un pauvre poivrot c’était peut-être un peu violent, surtout quand on sait d’où je viens.

Bérénice a voulu qu’on sorte, je la comprends. Elle devait avoir été choisi par les autres pour me surveiller car ils savaient que je pouvais être violent quand j’ai bu. Pourtant je sais ce que je fais. Et je peux marcher droit. Enfin c’est ce que je pensais après lui avoir dit et essayé tout seul. A quatre pattes au sol, elle m’a relevé et amené à la voiture. Je voyais les lumières des lampadaires se succéder comme des petites lucioles. Après 30 min de route à tourner en rond en ville, je me suis un peu calmé. Je suis toujours bourré toutefois, c’est vrai que vomir ça aide, pas dans la bagnole bien sûr, ou alors je me maudirai moi-même le lendemain. Je me rappelle d’une fois où j’avais pissé sur une boîte aux lettres dans une résidence universitaire, c’était marrant sur le moment mais je leur ai fait un don les jours qui suivaient pour m’excuser. Soudain un éclair de génie, je me suis rappelé pourquoi je devais venir au départ. Je demande à ma conductrice de s’arrêter alors qu’on arrivait près d’un bâtiment industriel plutôt éloigné du centre-ville. Je sors de la voiture en marchant à peu près droit. Je me tiens à la portière.

"Hermann, reviens ici! Tu fais quoi là?!" s’écria Bérénice.

"Calme toi Réré, je vais bien, je vais juste m’occuper de certaines affaires et je reviens, promis je sais ce que je fais. Mais si je reviens pas dans 15 minutes, appelle quand même les flics."

Oula ça c’est pas bon signe. Quand je l’appelle comme ça c’est que je suis vraiment arraché. J’ai bien trop de respect pour elle pour oser l’appeler ainsi d’habitude.

"C’est quoi ces conneries?! Hermann revient bordel!"



Je la regarde tenter de sortir en vitesse de la voiture tandis que j’active la lourde porte en métal du garage. Elle se ferme avant qu’elle ait pu m’atteindre. Ne t’en fais pas Bérénice, je reviendrai avec ce que je voulais. Je me retourne et avance dans le bâtiment vide. Je dois retrouver Ramirov, on avait un accord. Je traverse les pièces une par une sans rien entendre.

"Ramirov, je sais que t’es là!" criais-je dans les couloirs.

Pendant ce temps, Bérénice avait déjà trouvé le moyen de me suivre discrètement. Elle avait enfilé un équipement d’infiltration sorti du coffre. Elle était bien trop douée et moi bien trop torché pour la repérer. Je ne sais même pas si on pouvait la voir de n’importe quel endroit, c’était une ombre parmi les ombres. Bérénice me surveille, mais pourquoi?

Je trouve alors une porte entrouverte avec de la lumière en sortant. Il est là, je le sens, il a ce que je veux. J’avance avec mes pas qui résonnent dans quelques flaques d’eau que j’ai du mal à éviter. Je pose ma main sur la clanche et je commence à gueuler.

"Ramirov t'as ma co.."

Je n’ai pas le temps de finir que quelqu’un m’assomme par derrière. Bérénice pourquoi fais-tu ça? Je t’avais dit de ne pas me suivre et que je reviendrai. En plus si des gens sont à l’intérieur ils sont sûrement avertis de mon arrivée. Enfin, arriveras-tu peut-être à être assez discrète pour avoir caché mon corps inerte suffisamment rapidement pour qu’il ne te voit pas.

[HRP : pour rester rp, si le dé d’action rate et que quelqu’un sort voir ce qu’il se passe dans les instants qui suivent, la personne pourra apercevoir Bérénice dans un coin sombre.]
avatar
Hermann Heisberg

Messages : 16
Date d'inscription : 27/04/2017

Évolution
Niveau globale: 5
Expérience:
12/60  (12/60)
Point de vie:
8/8  (8/8)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Yumekui Kuro Baku le Sam 16 Sep - 20:57

Le membre 'Hermann Heisberg' a effectué l'action suivante : Dé du destin


'Dé d'action' :
avatar
Yumekui Kuro Baku
Admin

Messages : 129
Date d'inscription : 24/04/2017
Age : 21
Localisation : Quelque part, buvant une tasse de thé.

Évolution
Niveau globale: 10
Expérience:
10/110  (10/110)
Point de vie:
10/10  (10/10)

Voir le profil de l'utilisateur http://creepypastarpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Ashton Skylar le Ven 29 Sep - 11:12

Il y a un serpent dans ma botte

Il se tourne légèrement, sans le moindre geste brusque, aucune peur en lui, des mouvements fluides et lents. Présence d’expérience militaire, ou du moins des forces de l’ordre, dans le curriculum vitae de cet inconnu. Un simple civil, concierge comme il le fait penser, se serait immédiatement mit à lever les mains en face d’un canon chargé ou non. Surpris de se faire prendre la main dans le sac, il aurait réagit sur le vif du sujet, ou alors celui-ci est atteint d’un calme des plus impressionnant et je me trompe alors. Hera se tenait toujours prêt à déclencher un tonnerre de violence sur l’homme en face d’elle, l’observant dans les moindre détails jusqu’à émettre une hypothèse de son type de mentalité.

Farceur, légèrement enclin à répondre avec irrespect, capable de garder son calme en toute situation, danger ou non. Un militaire un peu trop rebelle ayant quitté les forces armées pour rejoindre une organisation criminelle, ce qui expliquerait sa présence ici. Sa dernière phrase permet exactement de savoir ce qui s’est déroulé ici, monsieur Ramirov a été assassiné par cet homme et il s’agissait d’un vampire. Convaincu que l’inconnu et elle était partiellement dans le même camp, elle s’apprêtait à répondre à sa question. Mais une apparition des plus étranges interrompus cette possible discussion.

Réagissant immédiatement, avant même que la chose ne put placer le moindre mot, elle plomba de deux balles la créature. Une en direction de la tête, la seconde en direction de la poitrine, là où elle présume être le cœur du monstre. Le centre de sa poitrine, là où se trouve cette étrange cicatrice. Un simple regard, et ses réflexes ont fait le reste. Mais le monstre n’a subit aucun dégât des munitions en plomb de la jeune demoiselle. Elle en avait réagit par réflexe, la détournant de sa cible d’origine qu’elle tenta de remettre en mire les secondes qui suivirent. Avait-il eut le temps de s’évader de sa visée ? Pour ce qui est du monstre, elle passa à côté, émettant immédiatement l’hypothèse suivante : Aucun danger actuellement, juste un beau parleur.

Dans ses oreilles, un son résonnait, fréquence radio, des demandes sur la situation. Des coups de feu ont été entendus aux étages inférieurs. La géante écoutait tout d’abord ce qu’avait à dire le monstre, restant toujours au plus prêt de la porte pour évacuer si jamais, explosion ou gaz venait à arriver dans la pièce. Elle courba le cou vers la droite pour appuyer sur le bouton de radio se trouvant ici pour plus d’efficacité et de rapidité. Elle répondit en anglais, en utilisant un langage codée.

« 1, 2, 1 and 4. 2, 5, 4. »

Croyez-moi, ces chiffres n’ont pas été énoncé aléatoirement, il y a de nombreuses raisons derrière tout ce charabia pour vous. A cause de cette arrivée surnaturelle, elle venait d’inquiéter ses camarades, mais surtout, de voir disparaître cette ambiance sereine qui aurait pu se dérouler un peu plus tôt.

A travers les étages, d’autres soldats sont postés et positionnés. Plusieurs personnes sont nécessaires pour une opération d’une telle envergure, après tout, il s’agit du quartier principal d’une grande entreprise du crime. Voilà pourquoi, Hera semble quelque peu douteuse face à cette personne masquée. Où sont les autres ennemis ? N’avait-il pas de garde du corps ? Les aurait-il tous éliminé ? Des explications sont nécessaires selon elle, voilà pourquoi, ils doivent rester en position.

C’est alors qu’un énergumène plutôt mal en point entra dans les locaux de monsieur Ramirov. Que voulait-il ? Cet endroit commence à être bien trop peuplé si vous voulez mon avis. Un homme le mit en joue, préparé à agir, préparé à mettre un terme à sa vie, là où il se tient. Il fut arrêté par l’un de ses collègues qui lui chuchota.

« Tu te rends pas compte ? C’est Hermann Heisberg, l’un des plus grands artistes de la planète. »
« Les gars, on a un civil sur les lieux, qu’est-ce qu’on fait ? »
« Faut le faire sortir du bâtiment. Faut que quelqu’un se dévout pour accompagner monsieur Heisberg et lui expliquer la situation. »
« Attendez ! »


Une femme venait d’assommer monsieur Heisberg, peut être un membre de l’organisation de Ramirov. La situation changeait, un civil était en danger par un possible monstre. Une créature de la nuit, et peut être par ailleurs, celle s’occupant d’hypnotiser les proies de ce cher européen. Protection des civils, une personne se montre, deux autres mettent en joue la cible. L’artiste est encore au sol, en utilisant un grappin on peut le tirer vers nous au moment de surprise de la cible. Et faîtes attention, c’est peut être une créature de la nuit. C’était les ordres qui furent donné à travers les oreillettes de chacun.

L’action se déroula donc comme précisez un peu plus tôt. Un des hommes sortis à la rencontre de l’artiste et de son assaillante, mettant en joue l’actrice du crime. Pendant ce temps, deux autres soldats se déplaçaient, longeant les murs pour se fondre dans l’obscurité afin d’avoir une assurance au cas-où cela dégénèrerait. Avant même que la cible ne put agir, un grappin sortie de l’ombre pour venir s’accrocher à Hermann et le tirer au plus vite dans sa direction.

[HRP : Premier dé d'action pour savoir si Hera peut remettre immédiatement en joue Mr.Feelgood. Si "Raté", alors si Mr.Feelgood n'est plus dans sa ligne de mire s'il se cache (ou s'il décide d'attaquer, au choix). Si "Normal", Hera a toujours Mr.Feelgood en ligne de mire mais c'est tout. Si "Parfait", Hera a parfaitement Mr.Feelgood en ligne de mire et cela conférera un bonus au prochain jet d'Hera. / Deuxième dé d'action, pour savoir si la tactique mise en place par les soldats pour récupérer Hermann fonctionne. Si "Raté", alors le grappin n'a pas atteint Hermann. Si "Normal", alors le grappin a atteint Hermann mais Bérénice peut réagir. Si "Parfait", Hermann a disparut du champ de vision de Bérénice *poof*]
avatar
Ashton Skylar

Messages : 14
Date d'inscription : 03/06/2017

Évolution
Niveau globale: 4
Expérience:
30/50  (30/50)
Point de vie:
7/7  (7/7)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Yumekui Kuro Baku le Ven 29 Sep - 11:12

Le membre 'Ashton Skylar' a effectué l'action suivante : Dé du destin


'Dé d'action' :
avatar
Yumekui Kuro Baku
Admin

Messages : 129
Date d'inscription : 24/04/2017
Age : 21
Localisation : Quelque part, buvant une tasse de thé.

Évolution
Niveau globale: 10
Expérience:
10/110  (10/110)
Point de vie:
10/10  (10/10)

Voir le profil de l'utilisateur http://creepypastarpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Phantasmagoria le Sam 7 Oct - 13:39

Mr.Feelgood : Habituellement les gens prennent rendez-vous, c'est pour quoi exactement? Et je vous en pris soyez correct enfin, elle ne vous a rien fait cette dame.

Phantasmagoria : Ben je peux pas trop passer de coups de fil, puis... Elle vient quand même de me tirer deux balles dessus cette mal élevée.

Je regarde Mr.Feelgood pendant environs cinq secondes, l'air de dire "Et ouais" de manière blasée. Arès me dérange vraiment, faut qu'elle dégage, j'ai à faire, et j'ai pas besoin d'elle pour le moment ! Elle va ruiner mon rendez-vous...! La voilà qui penche la tête et qui se met à prononcer des chiffres de manière presque aléatoire ! Putain d'obstacle... Je déteste quand les choses ne se passent pas comme je le veux ! Pis y'a même un clampin qui sort de nulle part et qui tombe assommé à la porte (si j'ai bien compris ce qu'il se passe) ! Mais laissez moi bosser maudites sous-races !

Les ignorer... Pas possible ! Je ne laisse pas de rats sur mon plan de travail, ce genre de rats je les perce, puis je les écrase et je les balance par la fenêtre ! Et encore je suis sympa je pourrais les disséquer vivants ! Gah, si seulement je pouvais rendre des parties de mon corps matérielles, j'utiliserais mes mains pour étrangler cette foutue Arès ! Je vous jure que je lui ferais bouffer le sol ! Je me tourne vers elle après un court soupir agacé, puis je tente de très rapidement me rapprocher d'elle et ce jusqu'à me retrouver visage presque collé au sien.


Phantasmagoria : Tsch ! Je sais pas pour qui tu te prends grande perche à braquer mon rendez-vous-pas-vraiment-organisé avec ton flingue, mais je vais faire très simple histoire que tu piges les mots qui sortent de ma bouche. Tu dégages, ou je te fais vivre l'enfer.

Puis j'avance encore, de sorte à ce que mon corps se retrouve complètement autour de sa tête. Je vais essayer de lui bloquer la vue sous cette forme, de me déplacer sur elle comme un véritable parasite, peut-être qu'elle paniquera, avec de la chance ça suffira à la faire partir en détalant comme un lapin ! Je suis pour le moment le brouillard de ses pires cauchemars, mais n'ayez crainte ! Dans peu de temps, je serais l'Incarnation de son pire cauchemar ! Sans sa vue, elle ne pourra plus viser Feelgood, et si le masqué arrive a partir, alors je pourrais aller tranquillement lui parler ! Enfin... Faut qu'il ait l'intention de partir, parce que si je fais ça mais qu'il ne bouge pas, ben... Je me sentirais un peu conne. Même beaucoup.

[Dé d'action : Phantasmagoria tente sous sa forme de fantôme de bloquer la vision d'Ashton dans le but d'offrir une chance à Feelgood de partir (si il en a envie) ou dans le but de faire paniquer la géante. Raté, Phanta' ne suit pas et n'arrive pas à bien obstruer la vision d'Ashton, elle y voit très bien à travers un très léger brouillard noir, c'est comme si sa vue était devenue un tout petit peu plus sombre. Réussit, Phanta' arrive à rester sur Ashton un petit moment, et elle n'y voit pas grand chose, l'effet brouillard est plutôt réussit. Parfait, Ashton n'y voit quasi-plus rien, l'effet brouillard est très bien réussi, Phanta' arrive à bien obstruer sa vie.]
avatar
Phantasmagoria

Messages : 27
Date d'inscription : 24/04/2017
Localisation : Tu veux vraiment savoir ? ☞ ☞ ☞

Évolution
Niveau globale: 5 (8 monde miroir)
Expérience:
30/60  (30/60)
Point de vie:
8/8  (8/8)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Yumekui Kuro Baku le Sam 7 Oct - 13:39

Le membre 'Phantasmagoria' a effectué l'action suivante : Dé du destin


'Dé d'action' :
avatar
Yumekui Kuro Baku
Admin

Messages : 129
Date d'inscription : 24/04/2017
Age : 21
Localisation : Quelque part, buvant une tasse de thé.

Évolution
Niveau globale: 10
Expérience:
10/110  (10/110)
Point de vie:
10/10  (10/10)

Voir le profil de l'utilisateur http://creepypastarpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Mr.Feelgood le Mar 10 Oct - 8:52




Malheur, les coups de feu avaient été tirés. La situation allait surement s'envenimer. Au moins l'étrange entité ne semblait pas agressive vis à vis de Mr.Feelgood. Toute cette histoire devenait de plus en plus insensée. Le chasseur de prime était d'abord venu seul, dans un entrepôt approximativement abandonné qui servait de repaire à un mafieux russe avec supplément vampirique.

 Il avait fait tout ce qu'il avait à faire et avait quasiment fini d'effacer ses traces lorsque cette étrange inconnue était apparue, le menaçant avec un fusil ancien mais de très bonne facture. Puis une entité était sortie du sol en s’intéressant de très prêt à lui. Et enfin il y avait apparemment quelqu'un d'autre à en juger par la voix derrière la porte. Elle lui était étrangement familière mais il ne parvenait pas à mettre le doigt dessus. Il avait surtout de plus gros problèmes en ce moment.

« 1, 2, 1 and 4. 2, 5, 4. »

Si il avait le moindre doute sur la colossale militaire qui lui faisait face, Mr.Feelgood pouvait maintenant être sûr : elle n'était pas seule. Impossible de savoir ce que ces chiffres voulaient dire mais à en juger par le contexte, ça ressemblait clairement à des instructions. Mais alors à qui? Un poste de contrôle? Une équipe sur place? En imaginant le pire des scénarios, l'immeuble entier était investi et il y avait encore des soldats dehors. La conclusion se faisait maintenant rapidement, elle appartenait à l'une des organisations.

 La voix derrière la porte s'était rapidement estompée, était-ce l'oeuvre de renforts? Ou d'un nouvel invité inconnu? Qu'importe, il était temps de partir, l'entité semblait vouloir l'aidé en lançant une sorte de diversion. Bien il avait une chance et une seule, car malgré le tourbillon noirâtre autour de la militaire, Mr.Feelgood pouvait voir son regard braqué sur lui.

-Bien. Je vois que je n'ai aucune échappatoire. 

 Constatant qu'il n'avait pas d'autre solution, il leva lentement les mains, il ne voulait aucunement paraître brusque. Levant bien haut son pistolet, il ne braquait plus personne, au travers de son masque, il fixait cette femme visiblement très bien entraînée. "Happy" n'était pas pointé bêtement vers le plafond, bien au contraire.

 Quand met en place un assassinat, on s'établit une porte de sortie, c'est obligatoire, sinon on se retrouve piégé au moindre imprévu. C'est pour cette raison que la seule source de lumière de la pièce était ce néon au plafond, les autres avaient été détruits peu avant la mort du vampire, par la même personne responsable de son meurtre.

Le coup de feu parti dans une déflagration sèche et silencieuse. Le néon éclata et les ténèbres envahirent la pièce, sans aucune lumière, avec une cible en mouvement, comment la militaire allait-elle se débrouiller? 

[Dé de fuite : 
-Réussit : Mr.Feelgood disparaît de la scène (je reste dans le RP hein)
-Raté : Ashton parvient à toucher Mr.Feelgood qui par conséquent reste dans la pièce.]
avatar
Mr.Feelgood

Messages : 18
Date d'inscription : 25/06/2017

Évolution
Niveau globale: 5
Expérience:
5/60  (5/60)
Point de vie:
8/8  (8/8)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Yumekui Kuro Baku le Mar 10 Oct - 8:52

Le membre 'Mr.Feelgood' a effectué l'action suivante : Dé du destin


'Dé de fuite' :
avatar
Yumekui Kuro Baku
Admin

Messages : 129
Date d'inscription : 24/04/2017
Age : 21
Localisation : Quelque part, buvant une tasse de thé.

Évolution
Niveau globale: 10
Expérience:
10/110  (10/110)
Point de vie:
10/10  (10/10)

Voir le profil de l'utilisateur http://creepypastarpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Hermann Heisberg le Dim 22 Oct - 12:15



Quelle force Bérénice, je n’aurais jamais imaginé cela. Pourquoi me déposes-tu ici, dans ce coin sombre? Qui y a-t-il de si important ou de si dangereux dans cette salle pour que tu ne veuilles pas que j’y pose le pied? Ma chère Bérénice, pourquoi veilles-tu tant sur moi?

Regarde dehors, il pleut. Les gouttes s’écrasent sur les vitres sales en laissant de grandes coulées difformes. C’est comme si ces gouttes se battaient pour rejoindre le plus rapidement le sol, dur et tendre. Les vois-tu? Non, tu n’es pas concentré sur cette beauté éphémère. J’ai parfois l’impression d’avoir d’autres visions de la vie que vous tous. Je préférerais pouvoir assister en personne à cette randonnée verticale et profiter des reflets de la lune dans ces gouttes pour me donner de l’inspiration. Cependant, je suis allongé contre un mur et des gens s’approchent de moi, Bérénice, qui sont-ils? Les connais-tu? Ils sont armés, et te mettent en joug, Bérénice, vite reviens vers moi. Je comprends que ce bruit sourd t’ait attiré, ou effrayé mais reviens, vite.

Ils avancent, plusieurs d’entre eux, ils me veulent, Bérénice dépêche-toi. Je sens quelque chose m’attraper, cela me tire vers eux, au secours Bérénice, je ne peux me défendre. Regarde-moi, je suis comme ces gouttes, attirées par le sol inévitablement, sauf si une fenêtre venait à rencontrer mon chemin pour stopper ma course effrénée. Tu te retournes enfin, tu nous vois, mais ne bouge pas tu es en joug. Que fais-tu? Pourquoi tapotes-tu du bout du doigt ton bracelet électronique. Je sais, tu contactes des personnes pouvant régler la situation. Toutefois Bérénice, je suis encore entraîné, sauves-moi. Tu restes calme, c’est bien, ne paniques pas. Tu vas pour placer tes mains sur ta tête mais non, tu armes ce qui m’attrape et tente de prendre quelque chose sur toi. Le coup part vite, et silencieusement, des deux côtés malheureusement. Je ne sens plus de pression, je ne suis plus attiré vers ces ténèbres malsaines. Et toi, tu saignes de l’épaule droite. Les deux coups n‘ont pas fait grand bruit, cependant ils ont peut-être été entendus de l’intérieur. Je ne sais pas. Bérénice, tu es encore debout, face à eux et montre fièrement ton bagde de la H.C.M. Qu’est-ce donc? Une association? Et eux, cela veut dire que tu sais qui ils sont n’est-ce pas? Ils sont de la G.P.O.H. Et dire que je ne me souviendrai jamais de tout cela. Toute cette tension des deux camps, cela aurait pu grandement me servir.

Bérénice, tu as agi en te basant sur des incertitudes. Tu as fait comme bon te semblait. Mais cela suffira-t-il à leur prouver ta bonne volonté de me protéger?
avatar
Hermann Heisberg

Messages : 16
Date d'inscription : 27/04/2017

Évolution
Niveau globale: 5
Expérience:
12/60  (12/60)
Point de vie:
8/8  (8/8)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Ashton Skylar le Mar 31 Oct - 10:38

Execute order 66

Il est dans ma ligne de mire, même avec les terribles actions de cette peste, je parviens toujours à l’avoir en joue. Qui que tu sois, tu ne m’échapperas pas aussi facilement. Évidement, tu n’as rien d’un innocent, le meurtre que tu viens de commettre, ce monstre intangible qui vient d’apparaître. Je ne sais pas ce que tu avais à voir avec Ramirov, mais vous devez très certainement avoir un contrat ensemble qui vient de se terminer.

La géante répondant au nom d’Hera faisait plusieurs théories pour éviter de se déconcentrer de sa cible, que la brume causée par ce spectre ne la détourne pas de son travail principale. Selon elle, l’homme masqué faisait donc partie d’une autre branche de cette mafia russe, le spectre voulant lui parler ne fait pas de doutes, ils se connaissent au minimum de nom.

Un coup de feu, un flash, puis plus rien, le noir total. Avant qu’il ne fuie, dans la direction présumé par notre guerrière comme la sortie de secours de sa cible, elle tira deux balles tirant au niveau de ses hanches pour le blesser uniquement. Elle le voulait vivant, ainsi, elle pourrait obtenir des informations sur leurs actions et objectifs. Malheureusement, elle n’atteint pas sa cible, les balles viennent s’heurter au mur d’en face, dans un terrible bruit métallique. La géante injure alors immédiatement l’horrible fantôme l’ayant perturbé.

Pendant ce temps, au rez-de-chaussée, d’autres événements étaient entrain de se réaliser. Cinq soldats s’heurtent à un terrible problème. Le civil répondant au nom d’Hermann Heisberg est actuellement impossible d’accès à cause d’une femme supposée être du côté ennemi. Ayant réussit à mettre en échec, la stratégie précédente du commando de récupération. Elle venait de briser le lien entre le grappin utilisé pour récupérer l’artiste et les sauveteurs.

Le doute se mit alors en place. Que faire ? La dîtes menace venait de présenter une plaque de l’organisation H.C.M., ou Help to Cure Monster. Au risque de perdre son emploi et peut être sa vie avec, elle venait d’annoncer à de possible militaire sans aucun lien avec le monde de la nuit, son identité. Elle venait d’entrer dans le crépuscule, cette barrière inerte pouvant tout faire basculer. Qu’allait-il lui arriver ce soir ?

« Chef ? Que fait-on ? »
« Je contacte la commandante. »


Qui était-il ? Garry Oldricht, second de ce commando d’expert, sous les ordres de la terrible géante dont les surnoms affluent. La fille de Mars, la progéniture d’Arès, la terrible guerrière, la géante, le briseur de nuque, etc. Plus vieux et pourtant moins gradé que Blu Sky, Garry n’en veut pas à la terre entière pour cette possible injustice, au contraire, il a une grande estime de cette supérieure, la considérant comme l’être le plus parfait en terme de guerre. Il aimerait atteindre un tel niveau, mieux encore, il aimerait que tous les guerriers sous son commandement deviennent aussi craints et respecté qu’elle l’est.

S’en suivit une légère discussion entre la demoiselle à l’étage du crime et son second se trouvant au rez-de-chaussée, face à cette personne venant de la dîtes organisation, la H.C.M.

« Commandante, nous nous heurtons à un problème. La menace est une personne d’une organisation dont je n’ai jamais entendu parler. Selon sa plaque, il s’agit du H.C.M. »

Hera, écoute la description en anglais de son second tout en s’occupant de recharger son arme. Toujours dans la précaution de ne jamais se retrouver à cours de munition. Bien qu’elle connaisse exactement le nombre de balle qu’elle peut tirer avant de tomber à cours. Mais il vaut mieux posséder un fusil tenant pendant toute une fusillade, qu’un fusil vous lâchant au milieu d’une bataille. La géante était déjà bien énervée de ce qui venait d’arriver, elle ne laisserait pas d’autres affronts pouvant se réaliser au cours de cette opération. D’une voix froide sans aucune compassion pour la vie, telle une démone, elle répondit les deux mots suivants.

« Kill her. »
« A vos ordres. »


Garry n’eut pas besoin de dire le moindre mot, tous les soldats sont reliés sur la même fréquence, ils entendent tous ce que leur chef venait d’annoncer. Les secondes suivantes, une dizaine de coup de feu retentirent et des balles filaient droit vers celle qui se nommait Bérénice. Le second lui, était déjà partie pour rejoindre sa commandante et l’autre groupe, se préparant à tomber sur un possible adversaire au cours de ses déplacements.

[HRP : Lancé de dé pour l'attaque portée sur Bérénice. Je n'ai pas encore traité le sujet des points de vies des PNJIs pour le moment, donc on part du principe qu'aucune véritable règle ne s'applique encore ici.]
avatar
Ashton Skylar

Messages : 14
Date d'inscription : 03/06/2017

Évolution
Niveau globale: 4
Expérience:
30/50  (30/50)
Point de vie:
7/7  (7/7)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Yumekui Kuro Baku le Mar 31 Oct - 10:38

Le membre 'Ashton Skylar' a effectué l'action suivante : Dé du destin


#1 'Dé d'attaque' :


--------------------------------

#2 'Dé de défense' :
avatar
Yumekui Kuro Baku
Admin

Messages : 129
Date d'inscription : 24/04/2017
Age : 21
Localisation : Quelque part, buvant une tasse de thé.

Évolution
Niveau globale: 10
Expérience:
10/110  (10/110)
Point de vie:
10/10  (10/10)

Voir le profil de l'utilisateur http://creepypastarpg.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Phantasmagoria le Mer 22 Nov - 14:57

Ha ha ha ! Deux ! T'as tiré deux fois et t'as raté deux fois ! Je crois que t'es pas juste mauvaise, t'es carrément la pire ! J'espère que tu le sais ça, hein ? Dis moi que tu le sais que t'es une énorme sous race ! Sur ce, je me casse ! Bonne chance avec ton incapacité à tirer la bigleuse ! Je m'en vais en passant les murs et les sols, mon corps était caché dans le coin, très bien caché même, de sorte à ce que je sois en permanence à portée de ce dernier, le lien qui nous unit serait brisé si j'allais trop loin sous cette forme. Je reviens très rapidement à mon corps, et je reprends conscience avec un grand sourire aux lèvres, maintenant, il est l'heure de partir à la poursuite de ce cher Mr.Feelgood !

... Des coups de feu ? Merde, il y avait qui d'autre dans la bâtisse ? Il restait des infectés du gène pyscho' ? Des civils qui en avaient vu trop ? Bah ! Pas mon problème, tant que ça occupe ces toutous de malheur ! Une goûte me tombe sur le visage, merde, il pleut ? Chier ! Je vais être trempée ! Est-ce que je peux tomber malade ? J'espère pas, j'ai pas besoin de ça ! Et puis... J'ai pas regardé par où était partit Feelgood... MERDE QUELLE CONNE !!

Est-ce qu'il est toujours dans le bâtiment en train de s'enfuir ?! Nan, il a du se tirer, c'est presque un ninja ce type, il doit être quelque part dehors ! Est-ce que je cherche depuis ma position ou alors est-ce qu'il serait mieux de bouger ? Au pire... Il a un téléphone je crois, nan ? Je n'ai qu'à l'appeler ! Enfin... C'est peut être pas la meilleure idée, est-ce que les types dans le bâtiment pourraient remonter l'appel ? J'ai su le bidouiller pour ne pas être traquée, mais mes appels ne sont pas sécurisés...! Bon, tant pis, tant que Feelgood s'en sort ce soir, tout se passera bien. Je vais partir, et je l'appellerais d'un téléphone que je sais sécurisé à 100%.

Ca me fait quand même chier. J'aurais voulu lui parler en chaire et en os, mais je n'ai à peine pu le croiser que en esprit... Tant pis, ce sera pour plus tard. Et puis ce serait stupide d'aller le voir juste à côté de ce bâtiment là, on se ferait facilement avoir. Il ne refusera pas mon contrat, il ne pourra pas. Il est temps de quitter ma cachette, et ce continent de merde. Sérieusement, après la Chine, je fais sauter cet endroit. L'air y est carrément toxique !

[And this is when I leave you all to play together ! Have fun !]
avatar
Phantasmagoria

Messages : 27
Date d'inscription : 24/04/2017
Localisation : Tu veux vraiment savoir ? ☞ ☞ ☞

Évolution
Niveau globale: 5 (8 monde miroir)
Expérience:
30/60  (30/60)
Point de vie:
8/8  (8/8)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Mr.Feelgood le Mar 28 Nov - 10:08

Alors c'était bien lui? Le masqué avait donc bien reconnu cette voix entendue plus tôt tout à l'heure. Pourquoi fallait-il qu'il soit ici, ce soir précisément? Ensuite, que pouvait bien vouloir ces forces militaires au pauvre homme? Impossible de savoir comment ils allaient réagir. Pour le moment il fallait attendre, voir leurs réactions, leurs agissements.

 Quant à cet femme, qui était-elle? Elle avait beaucoup de cran pour agir de la sorte. Elle à été jusqu'à couper le grappin qui emportait le dramaturge. Mais cette noble gardienne se retrouvait maintenant en bien mauvaise posture face à ces soldats, elle eût même l'audace de leur dévoilé la preuve de son appartenance à la H.C.M. ce qui était en soit un acte de tout dernier recourt. L'assassin hésita un instant, il n'avait plus rien à faire ici. La cible avait été éliminée, mission accomplie il pouvait quitter les lieux. Mais ce civil qui se retrouvait face à tout un groupement d'hommes en armes n'était pas n'importe qui.

 Mr.Feelgood lui avait déjà parlé, et il avait vu en cet homme quelqu'un qui semblait presque comprendre le point de vue morbide du masqué sur tout ce qui l'entoure. Mais qu'est-ce qui le forçait à agir? A quoi bon? Il avait terminé son contrat, il pouvait disparaître. Des coups de feu retentirent. Cette femme audacieuse était donc libre à présent? Mr.Feelgood ne pouvait avoir la certitude de sa mort mais sa survie semblait compromise.Monsieur Heisberg allait avoir quelques problèmes si personne n'intervenait à présent.

Avec un peu de chance, son sauveteur arriverait à se faire tuer.

Les soldats venaient d'ouvrir le feu sur la mystérieuse femme, c'était donc le moment parfait pour agir, les hommes en armes, une fois leurs tirs terminés, pourrait constaté qu'un étrange petit objet métallique était venu rouler à leurs pieds.


 Un choix tactique est par définition un acte prenant en compte les différents paramètres d'une situation en les mêlant ensemble pour obtenir le meilleur résultat possible. Ici, le choix tactique est simpliste, mais surtout efficace, dans une zone peu éclairée, les yeux s'habitue à l'absence de lumière, une grenade flash est donc idéale dans ce genre de situation, surtout si l'adversaire dispose de lunettes de vision nocturne, auquel cas le résultat est dévastateur.

 Ici Feelgood ne savait pas si ses opposants disposaient d'un tel équipement, mais au moins, l'absence de lumière jouait en sa faveur. Lorsque le flash illumina la pièce, il s'élança à pleine vitesse vers l'artiste avant de le jeter sur ses épaules et de continuer sa course.

-Lors de notre dernière rencontre c'est moi qui vous ai surpris, j'avoue qu'à présent les rôles sont inversés.
avatar
Mr.Feelgood

Messages : 18
Date d'inscription : 25/06/2017

Évolution
Niveau globale: 5
Expérience:
5/60  (5/60)
Point de vie:
8/8  (8/8)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Hermann Heisberg le Ven 1 Déc - 14:57



Bérénice est décédée. Des rafales de balles transpercent son corps de part en part. Son âme s’envole, la tristesse accrochée à son pied tel un regret. Le regret d’avoir failli à sa mission, de ne pas avoir été à la hauteur, de ne pas avoir fait ce qu’il faut. Une morte en silence, une âme en pleurs.

Je suis toujours adossé à ce mur glaçant. Je ne vois toujours que du noir autant que j’en broie. J’aperçois alors quelque chose. J’arrive presque à ouvrir les yeux mais mon crâne souffre de maux sans fin. Je ne vois pas grand-chose, des ombres de silhouettes. Je sombre à nouveau alors qu’une lumière aussi intense que le soleil traverse mes légères paupières. J’entends du bruit, des cris étouffés sans queue ni tête. Quelque chose me prend la main, puis me serre au niveau du torse. On me soulève. Je suis sur le dos de quelqu’un, qui est-ce? Qui êtes-vous? ô monstre. Vous êtes l’un d’entre eux, vous avez tuer me chère Bérénice sans aucune pitié. Que votre âme putride pourrisse dans les abysses des enfers. Vous n’êtes que des damnés, vous n’êtes que des pantins. Vous n’êtes que des traqués. Je vous retrouverai tous, car un jour la vérité me sera révélée. Je saurai alors qui vous êtes. Et je vous briserai comme vous avez briser les liens de Bérénice. Ces liens qui la retenait sur notre monde. Ces liens qui représentent tous une seule et même chose, la vie.

Je ne pense pas, je ne peux pas et pourtant mon esprit me dit d’ouvrir les yeux. Je tente et distingue des ombres mouvantes qui titubent. Enfin une autre, inerte. Qui est-ce? Pourquoi cela me rappelle-t-il les champs de batailles? Les frères, les morts. Ma tête retombe mollement car les forces m’abandonnent.

-Bé….rénice…

Je ne sais pas si quelqu'un m'écoute. Je ne me rends même pas compte de ce que je dis. Je ne me rends pas compte que je ne la reverrai plus jamais, et pourtant je continue de répéter son nom comme si nous étions encore tous deux dans la voiture. Je n’aurais pas dû la laisser seule. Tout cela est-il de ma faute? Je n’ai pas la force d’y réfléchir ni même d’écouter les paroles qui viennent à mon oreille.

-Lors de notre dernière rencontre c’est moi qui vous ai surpris, j’avoue qu’à présent les rôles sont inversés.

Je sais qui vous êtes. Je ne comprends pas un mot de ce que vous dites mais je sais qui vous êtes. Cette voix. Cette carrure. Cette force. Vous êtes Mr.Feelgood n’est-ce pas? Ne vous en faites pas mon cher. Dans quelques heures je serai réveillé, cependant je ne me souviendrai pas de comment se passa ma soirée. Toutefois, où allons-nous? Vous me ramenez dans mon théâtre? Par pitié non, pas là. Je ne veux plus y retourner. La mort de Bérénice est bien trop insupportable. Enfin, il est vrai qu’elle est toujours vivante. Dans ma mémoire, elle persiste et s’accroche au seul dernier véritable lien qui l’unit à moi. Mon souvenir de l’avoir quitté pour entrer dans cet entrepôt. C’est tout ce qu’il me reste.

Alors Mr.Feelgood, ne soyez pas méfiant, je ne saurai jamais que vous m’avez sauvé.
avatar
Hermann Heisberg

Messages : 16
Date d'inscription : 27/04/2017

Évolution
Niveau globale: 5
Expérience:
12/60  (12/60)
Point de vie:
8/8  (8/8)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Comme un ours sibérien sur un parquet américain[LIBRE]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum